Biodiversité, Climat et Economie : la Mission Economie de la Biodiversité ouvre sa tribune à Nicolas Hulot pour le n° 9 de BIODIV 2050

23/03/2016

L’évolution annoncée du climat va rendre plus aiguës les interactions qui existent en permanence entre climat et biodiversité. Même en respectant l’objectif énoncé lors de la COP21 de se limiter au maximum à une augmentation de +2°C, on assisterait selon les scientifiques à un bouleversement des écosystèmes dès l’horizon 2050.

Après l’objectif prioritaire de réduire les émissions, l’autre grand enjeu est l’adaptation au changement climatique, et plus particulièrement l’adaptation des espaces agricoles, naturels et forestiers, sans quoi cet objectif ne saurait être atteint.

Cependant, il convient d’agir dès maintenant, car les systèmes naturels n’accompliront pas spontanément, en cinquante ans, ce qu’ils accomplissent habituellement en cent fois plus longtemps.

Agir, en privilégiant les solutions basées sur la nature, en misant sur la résilience et la capacité d’adaptation des écosystèmes et en privilégiant les solutions dites « sans regret », pour répondre aux différents scénarios d’évolution climatique.

La bonne nouvelle est qu’en écartant les scénarios extrêmes du changement climatique, des solutions réalistes existent et sont financièrement accessibles.

Nicolas Hulot nous donne son point de vue dans ce numéro 9 de BIODIV 2050

À lire également