Association

La loi relative à la protection de la nature de 1976 instaure le principe du triptyque « Eviter Réduire Compenser ». Instruite grâce à la ténacité des associations de protection de la nature d’écologues et aux alertes de scientifiques, cette loi fondatrice débouche le 10 juillet 1976. Mais la mention « si possible » attachée au troisième terme « compenser » lui fera prendre 35 ans de retard dans son application.

Si laisser la responsabilité de la mise en œuvre de la compensation dans les prérogatives des maîtres d’ouvrage semble une bonne chose, les composantes techniques, scientifiques et spatiales sont tellement éloignées du cœur des projets d’aménagement que la compensation n’est presque jamais mise en œuvre.

Dès 2003, nous engageons au sein du groupe Caisse des Dépôts, une réflexion visant à expérimenter la transformation du « si possible » ou « pas possible » en « possible ». La loi existait, il fallait vérifier la pertinence et la portée opérationnelle des réflexions de ceux qui y ont cru dès les années 1970, avant de conclure à « l’impossible ». En effet l’absence de mise en œuvre de la compensation à l’issue des étapes Eviter et Réduire engendre une perte nette pour la nature, sans pour autant empêcher la réalisation des projets. Il s’agit donc bien d’aller jusqu’au bout du processus imaginé en 1976, sans que l’étape de compensation ait un caractère de justification d’un projet inacceptable.

En 2008, CDC Biodiversité est née de la formalisation d’un premier objectif : vérifier que dans le triptyque « ERC », « Compenser » était bien possible à condition d’être acceptable et garantir à toute les parties prenantes – Etat, associations, collectivités – que la compensation sera bel et bien mise en œuvre et gérée à très long terme.

Les grands projets attirent l’attention par leur médiatisation et leur taille. Si CDC Biodiversité agit pour les maîtres d’ouvrage de grands projets, il nous parait fondamental de mettre maintenant au point un mode d’action qui soit utile aux maîtres d’ouvrage d’aménagements plus locaux, pour leur permettre de respecter les prescriptions des services instructeurs, dans des conditions économiques supportables.

Par sa filiation à la Caisse des Dépôts, acteur institutionnel français de premier ordre au service de l’intérêt général, CDC Biodiversité, opérateur pluridisciplinaire (expertise foncière, écologique et financière), s’appuie aussi sur l’expertise et les savoir-faire des acteurs associatifs locaux pour mener à bien ses missions.

Au-delà de notre premier levier d’action qu’est la compensation, CDC Biodiversité est très engagée dans le développement de nouveaux métiers afin qu’ils répondent à la fois aux besoins de l’aménagement du territoire mais aussi aux exigences des services instructeurs de l’Etat. Nous développons de nouvelles filières dans des périmètres tels que :

Découvrez nos projets :