Congrès Mondial de la Nature 2021 – Marseille

Un « printemps silencieux » pour le système financier?

Vers une estimation des risques financiers liés à la biodiversité en France

Co-rédigé par la banque de France, l’Afd, l’OFB, sorbonne université Paris Nord, centre de recherche en économie et gestion de Paris Nord, l’école normale supérieure de Paris et CDC Biodiversité, cet article explore les risques financiers liés à la biodiversité (biodiversity-related financial risks, BRFR) en France.
Dans un premier temps, l’article propose un cadre analytique permettant de saisir la dynamique des BRFR, insistant sur la complexité et l’incertitude en jeu ainsi que la substituabilité limitée du capital naturel. Les auteurs proposent ensuite des premières estimations quantitatives des dépendances du système financier français à différents services écosystémiques, et de ses impacts sur la biodiversité.
42 % du montant des actions et obligations détenues par des institutions financières françaises est émis par des entreprises qui sont fortement ou très fortement dépendantes d’au moins un service écosystémique. Concernant les impacts, l’empreinte biodiversité terrestre accumulée au cours du temps (empreinte dite « statique ») du portefeuille analysé est comparable à la perte d’au moins 130 000 km² de nature « vierge », ce qui correspond à l’artificialisation totale de 24 % de la surface de la France métropolitaine.
Enfin, sur la base du cadre analytique et des estimations proposées, l’article suggère des pistes de recherche futures.
Les auteurs: Svartzman Romain, Espagne Etienne, Gauthey Julien, Hadji-Lazaro Paul, Salin Mathilde, Allen Thomas, Berger Joshua, Calas Julien, Godin Antoine, Vallier Antoine.
Suivez-nous
Suivez-nous
Share
Notre chaîne