CDC Biodiversité intervient lors d’un débat sur la compensation environnementale à Lyon

08/01/2020

Mardi 7 janvier, Caroline Folliet, cheffe de projet CDC BIODIVERSITÉ est intervenue sur la compensation environnementale lors d’un débat organisé à Lyon par des étudiants des universités Lyon 2 et 3, de l’École nationale des Travaux publics de l’Etat, ENTPE, et de l’École Centrale de Lyon.

télécharger

 

Lire le compte rendu

Le débat sur la compensation environnementale a rempli l’amphithéâtre de la Maison Internationale des Langues et des Cultures de Lyon le 7 janvier 2020

Le débat sur la compensation environnementale a rempli l’amphithéâtre de la Maison Internationale des Langues et des Cultures de Lyon le 7 janvier 2020

Afin de mieux comprendre les enjeux et les limites de la compensation environnementale, des étudiants des universités Lyon 2 et 3, de l’École nationale des Travaux publics de l’État, ENTPE, et de l’École Centrale de Lyon, ont organisé un débat le 7 janvier 2020 à Lyon dans l’amphithéâtre de la Maison Internationale des Langues et des Cultures.

Parmi les intervenants à ce débat, Caroline Folliet, cheffe de projet représentait CDC Biodiversité. À ses côtés, Thibault Soleilhac, avocat associé du groupe Helios Fiducie, Jean-Marc Valet, ingénieur au CEREMA et Sacha Loeve, philosophe des techniques et des sciences à l’Université Lyon 3. Après une introduction de M. Loeve, les intervenants ont présenté leur structure et leur point de vue sur la compensation environnementale.

 

L’expérience de CDC Biodiversité 1er opérateur de compensation depuis 2007

Caroline Folliet a rappelé le principe de la séquence ERC Éviter, sinon Réduire et en dernier recours Compenser, que CDC Biodiversité applique pour le compte des maîtres d’ouvrages qu’elle accompagne dans ses mesures réglementaires de compensation depuis sa création en 2007. En effet, compenser la perte de biodiversité et les dommages environnementaux d’un projet est une obligation légale pour les porteurs de projet depuis la loi de 1976, réaffirmée en 2016.

Caroline Folliet a également rappelé que la compensation écologique seule, n’est pas la réponse à l’érosion de la biodiversité. D’autres outils sont nécessaires en agissant notamment pour limiter l’artificialisation des terres ; les stratégies régionales foncières à venir en sont un exemple.

Le débat qui s’en est suivi a permis de questionner des sujets fondamentaux abordés dans les présentations sur l’équivalence écologique, la valeur hiérarchisée des espèces, la place de l’humain. Comment assurer la protection des aménagements de compensation sur le long terme ? Comment est évaluée l’efficience du projet de compensation ?

La compensation environnementale ne répondra pas seule à l’érosion de la biodiversité mais elle semble un outil qui, s’il est justement mené, permet de limiter les impacts des projets sur la nature.

Les intervenants du débat : Sacha Loeve, philosophe des techniques et des sciences à l’Université Lyon 3, Thibault Soleilhac, avocat associé du groupe Helios Fiducie, Caroline Folliet, cheffe de projet de CDC Biodiversité et Jean-Marc Valet, ingénieur au CEREMA

Les intervenants du débat : Sacha Loeve, philosophe des techniques et des sciences à l’Université Lyon 3, Thibault Soleilhac, avocat associé du groupe Helios Fiducie, Caroline Folliet, cheffe de projet de CDC Biodiversité et Jean-Marc Valet, ingénieur au CEREMA

Compte Rendu

réalisé par

Gersende Fernandes,
Guillaume Page,
Louise Rhodde,
Olivier Trigo
Romane Vidal

Le débat était organisé par des étudiants des universités Lyon 2 et 3, de l’École nationale des Travaux publics de l’État, ENTPE, et de l’École centrale de Lyon.

À lire également