CDC Biodiversité présente un projet Nature 2050 à l’École supérieure des professions immobilières – EPSI

04/06/2019

L’École supérieure des professions immobilières ESPI a organisé une journée d’études sur le thème « Immobilier durable : de la ville d’aujourd’hui à la cité de demain », dans les locaux de la société d’encouragement pour l’industrie nationale à Paris, SEIN, le 3 juin 2019. À cette occasion, Caroline Girardière, cheffe de projets chez CDC Biodiversité, est intervenue lors de la table ronde « Renaturation des villes », présentée et animée par Carmen Cantuarias, enseignante-chercheuse à l’ESPI.

Caroline Girardière, cheffe de projets, lors de son intervention sur le projet de renaturation d’une friche industrielle du programme Nature 2050 de CDC Biodiversité. © CDC Biodiversité

Le Comité scientifique de l’ESPI, ESPI Réflexions & Recherches, invité à cette journée d’étude était particulièrement intéressé par connaître les pistes de réflexion et les actions existantes et envisageables pour des villes plus résilientes.

Le travail de renaturation de la friche KODAK effectué par CDC Biodiversité sur la commune de Sevran dans le cadre du programme Nature 2050, est une illustration réussie des effets positifs de la renaturation pour créer une ville plus durable. Caroline Girardière a développé dans son intervention les différents enjeux d’une telle opération, qui permet de faire participer des acteurs économiques nouveaux et de renforcer l’opportunité de la gouvernance locale. L’intérêt pour la commune est également d’intégrer les enjeux de gouvernance de ces projets, et les acteurs de l’immobilier qui peuvent ainsi devenir des acteurs moteurs dans la renaturation.

Intervenaient également sur les thématiques d’économie circulaire et multifonctionnalité ou encore de systèmes urbains durables, Sylvain Bordebeure de l’ADEME, Marc Barra de l’ARB, Agence Française pour la Biodiversité, Frédéric Madre de TOPAGER et Pierre Darmet de JARDIN DE GALLY.

 

L’immobilier durable

Les défis environnementaux présents et futurs sont plus que jamais au centre d’une vaste réflexion sur les mondes urbains. La ville s’est longtemps développée en opposition à la nature. Cependant, opposer la préservation de la biodiversité au besoin d’urbaniser ne peut conduire qu’à négliger les nouveaux enjeux environnementaux auxquels les villes de demain sont déjà confrontées. Les enjeux de la biodiversité en ville ne portent plus sur comment permettre aux citadins de vivre dans de bonnes conditions en ville mais déjà de pouvoir y vivre à l’horizon 2050.

Le réchauffement climatique, l’extension urbaine, la nécessité de préserver la biodiversité exigent la constitution au cœur des villes, de nouvelles infrastructures vertes. Celles-ci permettent de répondre au besoin de nature des citadins, de renforcer les services naturels (réduction des îlots de chaleur, régulation hydrique, épuration de l’air, approvisionnement – agriculture urbaine) et de maintenir la diversité biologique.

À lire également