Journée mondiale des Zones Humides : les actions concrètes de CDC Biodiversité pour les protéger

02/02/2021

CDC Biodiversité célèbre la journée mondiale des zones humides, ce mardi 2 février 2021, dont le thème est cette année « Zones humides et eau ». Cette journée permet de rappeler l’enjeu écologique majeur des zones humides pour la biodiversité. Impliquée, CDC Biodiversité crée, restaure et protège des zones humides à travers de nombreuses actions concrètes sur l’ensemble de la France. L’occasion de partager son actualité à ce sujet.

Une zone humide vue du ciel, créée par CDC Biodiversité à Châtenay-Malabry (92)  ©CDC Biodiversité

L’édition 2021 de la journée mondiale des zones humides porte sur « Zones humides et eau ». Ce thème, choisi par le secrétariat de la convention de Ramsar*, marque l’importance des zones humides pour assurer à l’humanité un accès à l’eau en quantité et en qualité suffisante. Une édition exceptionnelle, à l’occasion du cinquantième anniversaire de la convention dite de Ramsar.

Des zones humides vitales à l’humanité

Toutes les zones humides jouent un rôle dans le cycle de l’eau. Certaines peuvent stocker jusqu’à 15 000 m3 d’eau par hectare. (Convention de Ramsar, 2001). Véritables éponges qui absorbent l’eau lorsqu’elle est abondante, elles peuvent la restituer quand elle devient rare. Elles participent ainsi à l’alimentation en eau pour la consommation humaine et les besoins des activités agricoles et industrielles en rechargeant les nappes phréatiques et les cours d’eau.

Les enjeux liés aux zones humides sont aussi ceux de la biodiversité particulièrement riche qu’elles abritent. Cette diversité biologique se retrouve dans celle des habitats naturels, des écosystèmes, regroupés sous le terme générique de « milieux humides » : tourbières, bas-marais, prairies humides, cariçaies, landes humides, mégaphorbiaies, boisements humides (Gallet et al., 2017).

Aujourd’hui avec la reconnaissance grandissante des services écosystémiques rendus par les zones humides notamment via les 10 fiches RAMSAR ou encore le Programme EFESE du Ministère de la Transition Écologique, les ambitions s’affichent et les solutions se multiplient à l’échelle des territoires.

Valorisation, accompagnement et partenariat

Depuis quelques années, CDC Biodiversité travaille en collaboration avec le Partenariat Français pour l’Eau, (PFE), qui est une plateforme de référence des acteurs français de l’eau publics et privés, actifs à l’international. Il vise à faire connaitre et à promouvoir sur le plan international l’approche et l’expertise française en matière de gestion de l’eau : une approche particulière car résolument multi-acteurs, et toujours innovante. Le PFE rassemble près de 200 membres et mobilise des acteurs divers. À travers le Groupe de Travail « biodiversité et solutions fondées sur la nature », CDC Biodiversité apporte sa contribution en matière d’analyse économique et de retours d’expériences menées via le Programme Nature 2050, mais également par les actions des trois agences de CDC Biodiversité présentes sur le territoire français. Les actions mises en œuvre par CDC Biodiversité visent à créer, restaurer ou protéger des zones humides, et également à accompagner au mieux les acteurs économiques à l’échelle des territoires.

Une des trois zones humides créées par CDC Biodiversité sur la commune de Saint-Marcel en Saône-et-Loire (71) transformant 5 ha de monoculture en un espace naturel riche en biodiversité © CDC Biodiversité

Une des trois zones humides créées par CDC Biodiversité sur la commune de Saint-Marcel en Saône-et-Loire (71) transformant 5 ha de monoculture en un espace naturel riche en biodiversité © CDC Biodiversité

Des actions concrètes sur les territoires

Trois zones humides créées en Bourgogne

En Bourgogne, sur la commune de Saint-Marcel en Saône-et-Loire (71), CDC Biodiversité a créé trois zones humides naturelles sur un site de 5 ha dans le cadre des mesures de compensation de la RCEA, réalisées pour le compte de la DREAL Bourgogne. Une équipe de l’agence centrale de CDC Biodiversité a coordonné la réalisation de terrassements de 3 dépressions humides représentant 45 000 m3 de terre décaissés, et des plantations diversifiées. Ce sont ainsi près de 3 350 arbres, 13 000 vivaces et plantes de berge pour la création de roselières et 50 557 m² de prairie semée qui ont été plantés. En transformant cet ancien champ de culture intensive de céréales en un espace naturel composée de trois zones humides, c’est toute une biodiversité qui a été recréée.

La restauration d’une zone humide en Savoie via Nature 2050

La préservation et restauration des zones humides figurent comme une des cinq grandes cibles d’actions du programme Nature 2050 dans un but de renforcement de la résilience des territoires au changement climatique. Grâce à l’engagement volontaire d’acteurs économiques, Nature 2050 vient en soutien à des acteurs locaux dans la mise en œuvre de leurs projets de reconstitution du fonctionnement naturel de tous types de zones humides et pérennise ses actions jusqu’en 2050.

Un des projets phares du programme Nature 2050 en matière de zones humides est le projet de la Tourbière du Plan de l’Eau. Porté par le Conservatoire d’Espaces Naturels de la Savoie, les travaux lancés en 2020 se poursuivront en 2021. Situé sur la commune des Belleville, au pied du domaine skiable des Menuires, ce projet associe restauration de la tourbière et amélioration de la gestion des crues et du transport sédimentaire tout en valorisation l’attractivité touristique du site. À cette fin, les travaux visent à restituer le potentiel d’expansion de crue et consistent, dans un premier temps (2020) à reprofiler une partie des fossés dans le but de réduire la vitesse d’écoulement dans la tourbière et ainsi le niveau d’érosion de la tourbe. À l’automne 2021, la 2ème phase des travaux visera elle à reconnecter le torrent du Péclet à la tourbière. Des suivis flore, hydrologie et pédologie seront conduits jusqu’en 2050.

Le Global Biodiversity Score évalue l’impact sur les zones humides

L’outil de mesure d’empreinte biodiversité des entreprises et institutions financières développé par CDC Biodiversité, le Global Biodiversity Score, permet d’évaluer l’impact sur les écosystèmes aquatiques dont les zones humides.

L’étude de cas réalisée sur l’évaluation de l’empreinte biodiversité des projets financés par l’AFD à travers l’exemple du lac Wolong est représentative de cette évaluation. Le lac est une importante halte migratoire pour les oiseaux migrateurs sur la route Asie-Australie, étant situé à un goulot d’étranglement entre le désert à l’ouest et de petites montagnes à l’est. La gestion passée du lac avait entraîné une augmentation du niveau de l’eau, détruisant les habitats favorables aux oiseaux et provoquant une baisse très importante des populations d’oiseaux. En 2013, l’Agence française de développement a financé le projet de restauration écologique du lac Wolong. Le projet a conduit à la construction d’une digue pour permettre une gestion différenciée du niveau d’eau, divisant le lac en un réservoir d’eau dans sa partie nord et une zone humide dans sa partie sud.

Le projet La tourbière du Plan de l’eau du Programme Nature 2050 

Le Projet La tourbière du Plan de l’eau du Programme Nature 2050 œuvre à la restauration de la tourbière et à l’amélioration de la gestion des crues – photos pendant et après les travaux © CEN Savoie

Photos pendant et après les travaux de restauration de la tourbière et de l’amélioration de la gestion des crues ©CEN Savoie

Le Projet La tourbière du Plan de l’eau du Programme Nature 2050 œuvre à la restauration de la tourbière et à l’amélioration de la gestion des crues – photos pendant et après les travaux © CEN Savoie

Un engagement en faveur des zones humides sur le long terme

CDC Biodiversité conduit des démarches innovantes dans le champ de la préservation des zones humides. Parce que les zones humides constituent un enjeu écologique majeur et qu’elles sont soumises à une forte pression d’aménagement, elles font l’objet de plusieurs opérations de conservation et restauration engageant CDC Biodiversité sur le long terme, soit au moins 30 ans.

Par une connaissance et une analyse territoriale des enjeux de restauration des trames vertes et bleues, CDC Biodiversité réalise en continue des acquisitions foncières de parcelles situées dans des zones où la pression anthropique sur les milieux naturels et agricoles est forte. En rapprochant ces parcelles dégradées des besoins de ses clients, CDC Biodiversité réunit le financement de la restauration et assure une gestion pérenne pour des surfaces variant de quelques centaines de m² à des centaines d’hectares.

Ce travail d’ensemblier est conduit par nos équipes pluridisciplinaires qui s’appuient sur des acteurs locaux. Les suivis naturalistes réalisés avec nos partenaires permettent d’évaluer les gains générés et de s’assurer de l’atteinte des objectifs attendus pour les zones humides.

*La Convention sur les zones humides d’importance internationale, plus connue sous le nom de Convention de Ramsar, est un traité international qui prône la conservation et l’utilisation rationnelle des zones humides. C’est le seul traité mondial portant sur un seul écosystème. 

À lire également