Journées internationales des forêts et de l’eau : les actions concrètes de CDC Biodiversité en leur faveur

23/03/2021

Au lendemain du printemps, CDC Biodiversité célèbre les deux journées internationales consécutives des forêts et de l’eau. Ces journées permettent de rappeler l’enjeu écologique majeur des forêts et bien entendu le rôle de l’eau pour la biodiversité, ainsi que les solutions existantes pour les protéger

Journées internationales des forêts et de l’eau : les actions concrètes de CDC Biodiversité en leur faveur

© LeCo – CDC Biodiversité

Dimanche 21 et lundi 22 mars 2021 avaient lieu respectivement les journées internationales des forêts et de l’eau. Très impliquée, CDC Biodiversité crée, restaure et protège notamment des espaces forestiers ainsi que des cours d’eau à travers de nombreuses actions concrètes sur l’ensemble de la France.

Forêt et rivière mêlées dans le Sud-Ouest :

Un massif forestier de 70 hectares situé sur la commune de Manciet dans le Gers (32), dont CDC Biodiversité est propriétaire et gestionnaire, jouxte un bras de la rivière Douze et constitue une interface humide remarquable lors des épisodes de crues, fréquents sur cette partie amont du bassin versant.

Les habitats qu’il propose sont très variés : 60% d’une chênaie-charmaie structurée en taillis sous futaie, des ronciers et clairières forestières, de vieux peupliers et frênes, noisetiers, mais aussi un réseau de mares, fossés intermittents, prairies humides.

Ce site et sa zone humide remarquable sont bien connus des naturalistes (ZNIEFF de type 1 et 2, site NATURA 2000 des étangs d’Armagnac). L’agence Sud-Ouest de CDC Biodiversité le gère au bénéfice de son client A’LIENOR, puisqu’il répond à des mesures compensatoires liées à la construction de l’autoroute A65, dont CDC Biodiversité assure l’exécution pour 60 ans.

Des travaux forestiers ou hydrauliques, mais aussi des ilots de senescence sont prescrits dans un plan de gestion en cours d’évaluation et d’écriture pour les dix prochaines années avec notre partenaire le Conservatoire des Espaces Naturels d’Occitanie.

Ces interventions sont orientées pour atteindre le meilleur niveau de naturalité nécessaire à différentes espèces : des Chiroptères (15 espèces différentes dont 4 gitent), des insectes saproxyliques (plus de 450 arbres sont favorables au Grand Capricorne (Cerambyx cerdo), des oiseaux (9 espèces d’intérêt régional), des amphibiens (Triton marbré (Triturus marmoratus) et la rainette méridionale (Hyla meridionalis) notamment.

Un reboisement compensateur au sein de l’Arc boisé

Le Domaine de Grosbois dans le Val-de-Marne (94), dont est propriétaire la Société d’encouragement à l’élevage du cheval français (SECF), s’étend sur 260 hectares, et accueille un centre d’entraînement de haut niveau pour chevaux de course.

Ce Domaine fait partie de l’Arc boisé, un massif forestier classé forêt de protection depuis 2016 afin de préserver ses espaces naturels, malheureusement atteints en partie par la maladie en plus de garder les séquelles de la tempête de 1999.

CDC Biodiversité a réalisé des travaux de restauration environnementale de 50 hectares de forêt, via la plantation d’essences diversifiées et adaptées, en partenariat avec Selvans, gestionnaire du site, sous la supervision de la Direction régionale de l’agriculture et de la forêt (DRIAAF).

Cette restauration s’est effectuée dans le cadre des mesures de compensation environnementales de trois maîtres d’ouvrage : Eiffage et Coffim en groupement, Emerige, et enfin Grand Paris Aménagement.

Pour 2021, CDC Biodiversité étudie aux côtés de Selvans l’opportunité d’agir sur une seconde phase de restauration sylvicole au travers d’autres mesures compensatoires.

Aider les forêts à s’adapter aux changements climatiques

Comme les humains, les forêts subissent les effets du changement climatique. Par ses actions, le programme Nature 2050 vise à faciliter l’adaptation des forêts à un climat nouveau et à développer de meilleures pratiques de gestion qui s’avèrent indispensables afin de maintenir les services rendus par ces espaces et leur rôle de régulateur.

Dans la Forêt Cévenole, sur 23 hectares soit 5 sites de châtaigneraies dépérissantes en forêt privée, le programme Nature 2050 teste l’introduction de nouvelles essences ainsi que des méthodes de travail du sol pour retenir l’eau lors des fortes pluies. Un suivi des plantations est réalisé par l’Institut du Développement Forestier, afin que ces plantations servent de référence pour permettre la reconstitution d’une forêt productive et d’un support biodiversité sur l’ensemble des Cévennes. Les travaux ont été engagés en 2017 et s’achèveront cette année.

Dans la Réserve Naturelle Régionale des Partias (Hautes Alpes), plus de 3 000 Pins cembro ont été plantés sur plusieurs secteurs et seront protégés du pâturage pour une durée de 20 ans, le temps qu’ils soient suffisamment hauts et résistants. Ce projet mené en partenariat avec la LPO PACA vise à augmenter la résilience de la forêt et favoriser la restauration d’une dynamique naturelle spatio-temporelle des peuplements forestiers.

Des actions pour protéger l’eau

Le thème de l’édition 2021 de la journée mondiale de l’eau portait sur « la place de l’eau dans nos sociétés et comment la protéger ». Cette sensibilisation prend tout son sens compte tenu des effets directs du changement climatique.

Le programme Nature 2050 restaure des cours d’eau et des zones humides comme amortisseurs climatiques afin de : prévenir des risques naturels (crues, inondations, sécheresses), purifier l’eau et conserver leur très riche biodiversité.

L’ambition du projet Étangs du Limousin situé dans la commune de Bussière Galant sur 7 hectares, est de reconstituer une zone humide fonctionnelle pour l’épuration de l’eau, sa régulation, l’accueil de la biodiversité et les usages économiques liés à la zone (pâturage extensif). En, partenariat avec le PNR Périgord-Limousin et la Commune, CDC Biodiversité a remis le cours d’eau dans son lit naturel, puis a recréé un point d’abreuvement pour les bêtes et des points de franchissement. L’intégration au programme Nature 2050 a permis de sécuriser le terrain sur le long terme et de créer une réelle dynamique d’accompagnement des propriétaires sur ce projet.

En Savoie, dans la commune Saint Martin de Belleville, la Tourbière du Plan de l’Eau, bien que soumise à de fortes pressions (fréquentation, proximité de stations de skis), remplit de multiples fonctions. Elle constitue un enjeu prioritaire de préservation et d’atténuation des impacts futurs du changement climatique. L’objectif de ce projet est d’améliorer la gestion des crues fréquentes, du transport sédimentaire et le maintien de l’activité touristique en préservant la biodiversité.

Journées internationales des forêts et de l’eau : les actions concrètes de CDC Biodiversité en leur faveur

© LeCo – CDC Biodiversité

Journées internationales des forêts et de l’eau : les actions concrètes de CDC Biodiversité en leur faveur

À lire également