Le colloque « Biodiversité et Humanité : une seule santé » : des échanges riches et inspirants entre experts d’horizons variés

23/01/2020

CDC Biodiversité a organisé le 21 janvier 2020 dans les locaux de la Caisse des Dépôts, le colloque « Biodiversité et Humanité : une seule santé », à l’occasion du lancement de la publication de la Mission Économie de la Biodiversité « Santé et Biodiversité : nécessité d’une approche commune ».

Une quinzaine d’intervenants, tant du secteur de la santé (neurologue, cancérologue, vétérinaire) que de la biodiversité (écologue, agronome) ont échangé lors de plusieurs tables rondes pour présenter des regards croisés sur le sujet à un public composé d’une centaine de participants.

Le colloque « Biodiversité et Humanité : une seule santé » organisé le 21 janvier 2020 dans les locaux de la Caisse des Dépôts a rassemblé une quinzaine d’intervenants du secteur de la santé et de la biodiversité devant un public d’une centaine de participants. © IJC - CDC Biodiversité

Le colloque « Biodiversité et Humanité : une seule santé » organisé le 21 janvier 2020 dans les locaux de la Caisse des Dépôts a rassemblé une quinzaine d’intervenants du secteur de la santé et de la biodiversité devant un public d’une centaine de participants. © IJC – CDC Biodiversité

Marc Abadie et Philippe Garrigues, respectivement présidents de CDC Biodiversité et de la Fondation Rovaltain, ont ouvert le colloque en soulignant l’urgence de la situation et la nécessité pour les professionnels de la santé et de la biodiversité de travailler ensemble.

Dans son message vidéo, le Dr. Maria Neira de l’OMS a confirmé l’implication de l’organisation sur cette thématique et l’importance d’une meilleure appréhension du sujet au sein de la société civile.

« La possession du meilleur état de santé qu’il est capable d’atteindre constitue l’un des droits fondamentaux de tout être humain ». Tel est l’un des principes cités dans la Constitution de l’OMS. Aujourd’hui, la dynamique d’effondrement de la biodiversité joue un rôle prépondérant dans l’augmentation des risques liés à la santé humaine.

L’objectif de cette publication est de mettre en évidence les interdépendances entre santé et biodiversité, tout en montrant que la préservation de la diversité biologique est une condition sine qua non pour répondre aux enjeux contemporains de santé publique.

lire la publication

Table ronde « Lutte contre la dynamique d’effondrement de la biodiversité préservation de la santé humaine : une cause commune »

Hélène Soublet, Directrice de la Fondation pour la Recherche sur la Biodiversité lors de la table ronde « Lutte contre la dynamique d’effondrement de la biodiversité préservation de la santé humaine : une cause commune » avec Marc Dufumier, Agronome et Professeur émérite à AgroParisTech, et Yves Barbin, Directeur du pôle « Actifs Végétaux » à Pierre Fabre. © IJC - CDC Biodiversité

Hélène Soubelet, Directrice de la Fondation pour la Recherche sur la Biodiversité lors de la table ronde « Lutte contre la dynamique d’effondrement de la biodiversité préservation de la santé humaine : une cause commune » avec Marc Dufumier, Agronome et Professeur émérite à AgroParisTech, et Yves Barbin, Directeur du pôle « Actifs Végétaux » à Pierre Fabre. © IJC – CDC Biodiversité

La Fondation pour la Recherche sur la Biodiversité, FRB est au cœur de la recherche sur les liens entre santé et biodiversité, à travers des revues systématiques sur les maladies infectieuses, l’antibiorésistance ou encore l’accès de l’être humain aux espaces verts et bleus. Hélène Soubelet, Directrice de la FRB, a orienté son intervention sur les besoins en recherche sur la biodiversité, interface avec les autres enjeux sociétaux tels que la santé.

Marc Dufumier, Agronome et Professeur émérite à AgroParisTech, a quant à lui évoqué l’enjeu primordial qu’est la transition agroécologique, qui requiert de « nourrir durablement, sans préjudice pour la biodiversité, pour notre santé et pour les générations futures, dans un contexte de changement climatique ». Il a conclu en affirmant que « oui, nourrir l’humanité entière sans détruire la biodiversité et en la préservant était possible. La seule question est : qu’attendons-nous ? »

Yves Barbin, Directeur du pôle « Actifs Végétaux » à Pierre Fabre, a mis en avant plus particulièrement les problématiques liées au changement climatique, qui met en danger certaines espèces endémiques et entraîne une modification de la répartition géographique de certaines espèces.

Serge Morand, Écologue de la santé et directeur de recherche au CNRS/CIRAD, a présenté « l’épidémie d’épidémies » que nous connaissons aujourd’hui, due à « l’appropriation de la productivité biologique primaire par les êtres humains ». Les solutions pour lui doivent être trouvées dans le champ d’une « recherche interdisciplinaire, collaborative, participative, transparente et ouverte » et d’une « intersectorialité dans l’action ».

Table ronde « La biodiversité pour répondre aux nouveaux enjeux de santé publique »

Pour Luc Abbadie, Professeur d’écologie à Sorbonne Université, « la biodiversité peut être à la fois une source d’inspiration et une solution pour les problématiques liées au milieu urbain » : températures moyenne et extrêmes, inondations, canicules. Le développement de la nature en ville est une réelle « politique de santé publique » tant qu’il est fait « dans une approche systémique et mis dans le contexte local ».

Pascale d’Erm, Auteure-Réalisatrice du documentaire Natura, considère la déconnexion à la nature comme une « maladie de civilisation », alors que les expériences de nature peuvent être au contraire des remèdes à de nombreux maux : réduction du stress, de l’anxiété, des maladies cardiovasculaires, etc.

Guillaume Choisy, Directeur de l’Agence de l’Eau Adour-Garonne, a fait part du rôle essentiel des Solutions fondées sur la Nature pour pallier les problématiques liées à la disponibilité et à la qualité de l’eau (renaturation des villes, préservation et restauration des zones humides, transition agroécologique, désartificialisation et désimperméabilisation des sols).

Table ronde « Leviers d’action pour une gestion intégrative des enjeux santé et biodiversité »

Le Dr. Thérèse Jonveaux, neurologue au CHRU de Nancy, a captivé l’auditoire en expliquant l’intérêt et la diversité biologique des jardins thérapeutiques. © IJC - CDC Biodiversité

Le Dr. Thérèse Jonveaux, neurologue au CHRU de Nancy, a captivé l’auditoire en expliquant l’intérêt et la diversité biologique des jardins thérapeutiques. © IJC – CDC Biodiversité

Pour la Dr. Thérèse Jonveaux, neurologue au CHRU de Nancy, la diversité biologique des jardins thérapeutiques est primordiale pour l’enrichissement sensoriel, la prévention du stress et de l’anxiété et les échanges sociaux au sein du jardin.

Le Dr. Dominique Belpomme, professeur de cancérologie à l’Université Paris-Descartes, a quant à lui présenté la préservation de la biodiversité et de la santé comme étant un même combat, et a mis en garde contre les causes environnementales dans l’augmentation des maladie chroniques.

Pour Florence Morgen, Directrice Développement durable du Groupe VYV, le métier d’assureur est en train de muter au fur et à mesure que les risques changent et s’accroissent. Un travail important est à faire sur la biodiversité, qui est « en lien avec la totalité des cibles d’action des 17 objectifs de développement durable ».

Pour clôturer cet après-midi, Emmanuelle Wargon, Secrétaire d’État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire, a rappelé la nécessité d’une intégration des différentes transitions en faveur de la construction d’un nouveau modèle de société ; transition écologique, transition du système de santé et transition du modèle économique. Elle a conclu sur « la nécessité d’agir dans les domaines de l’alimentation, de la gestion de l’eau et de la lutte contre l’artificialisation des sols. »

Pour clôturer cet après-midi, Emmanuelle Wargon, Secrétaire d’État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire, a rappelé « la nécessité de réconcilier écologie et économie, et d’agir dans les domaines de l’alimentation, de la gestion de l’eau et de la lutte contre l’artificialisation des sols. ». © IJC - CDC Biodiversité

Emmanuelle Wargon, Secrétaire d’État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire, a rappelé la nécessité de réconcilier écologie et économie. © IJC – CDC Biodiversité

À lire également