La nouvelle carte des projets Nature 2050 vient de paraître

01/04/2021

Découvrez la nouvelle carte des projets du programme Nature 2050 qui fête en 2021 son 5e anniversaire. Huit nouveaux projets lancés en 2020 s’ajoutent à ceux mis en œuvre depuis 2017. Le programme Nature 2050 compte désormais 41 projets sur l’ensemble du territoire de France métropolitaine pour une surface totale de 5.780.000 m². À travers tous ces nouveaux projets, nous poursuivons notre engagement à soutenir des actions concrètes pour la biodiversité face aux changements climatiques.

8 nouveaux projets lancés en 2020

Parmi les 8 nouveaux projets initiés en 2020, quatre portent sur des actions de biodiversité en ville dans les départements du Val-de-Marne (94) et de Seine-Saint-Denis (93), résultant de la contribution de la Métropole du Grand Paris au programme Nature 2050. Trois autres ont été lancés en faveur de la transition agricole et forestière en Vendée (85), en Ille-et-Vilaine (35), et dans le Morbihan (56). Enfin, un projet de renaturation de la rivière de l’Ozon, a vu le jour en Vienne (86), dans le cadre de la protection des zones humides.

Ainsi l’action du programme Nature 2050 représente maintenant 5.780.000 m² de surface totale à fin 2020. Ces 41 projets œuvrent en faveur de la biodiversité sous l’égide des équipes de CDC Biodiversité.

 

Le programme Nature 2050 fête ses 5 ans !

En 2021, Nature 2050 fête ses 5 ans ! Initié en 2016, cela fait maintenant cinq années que le Programme mène des actions en faveur de la protection de la biodiversité, grâce au partenariat avec les acteurs publics et privés. Cinq années de restauration des écosystèmes, contribuant à la résilience des territoires face aux changements climatiques.

 

Les 5 cibles d’actions du programme Nature 2050

  • La restauration des zones humides pour renforcer leur rôle d’amortisseurs climatiques protégeant contre les crues et les canicules estivales, ainsi que leur rôle de filtres en épurant les eaux polluées ;
  • Les transitions agricole et forestière par la meilleure gestion des pratiques agricoles et forestières permettant de réduire les émissions de gaz à effet de serre associées à leurs activités ;
  • Les continuités écologiques pour les espaces naturels nécessaires à la faune et la flore sauvages, qui ont besoin d’espaces de taille suffisante pour se reproduire, se nourrir et s’abriter ;
  • Le renforcement de la biodiversité en ville pour constituer au cœur des villes de nouvelles infrastructures vertes, permettant de répondre au besoin de nature des citadins, au réchauffement climatique et à la nécessité de maintenir la diversité biologique ;

– La restauration des écosystèmes marins et côtiers, acteurs majeurs des mécanismes d’absorption et de stockage du carbone et d’adaptation des littoraux au changement climatique.

À lire également