Participation de CDC Biodiversité au séminaire du Partenariat Français pour l’Eau à Rochefort

05/10/2020

CDC Biodiversité a participé aux journées du groupe de travail « biodiversité aquatique et solutions fondées sur la nature » du Partenariat Français pour l’Eau (PFE) à Rochefort en ce mois d’octobre 2020. Rassemblés à cette occasion, les partenaires et membres du PFE ont pu évoquer ensemble les solutions fondées sur la nature mises en place sur le territoire des Marais Atlantiques et construire les futurs axes de travail.

Photo de gauche: Le territoire des Marais Atlantiques
Photo de droite: De gauche à droite : Frédérique Tuffnell, Députée de Charente-Maritime, Hervé Blanché, Maire de Rochefort, Marie-Hélène Aubert, Présidente du GT « biodiversité & SfN » du PFE et Présidente du CA de l’Agence de l’eau Loire Bretagne, et Marie-Laure Vercambre, Directrice Générale du PFE lors du Forum des Marais Atlantiques. @Jessica Orban – PFE

L’objectif de ce séminaire était de créer un temps fort d’échange entre les membres du GT et les acteurs du territoire des Marais Atlantiques.

Des acteurs impliqués en faveur de la biodiversité aquatique

La première matinée a été consacrée à la découverte de ce territoire riche en biodiversité grâce aux présentations d’acteurs divers et engagés mettant en valeur leurs actions en faveur de la préservation de la biodiversité. Parmi l’éventail de solutions mises en œuvre à l’échelle du territoire, Sophie Ménard, économiste de l’environnement de CDC Biodiversité, a présenté les outils économiques en faveur de la préservation de la biodiversité, et plus particulièrement le projet de la Baie de l’Aiguillon financé par le Programme Nature 2050 qui a fait écho aux autres présentations des experts conchylicoles.

Le projet Nature 2050 de la Baie de l’Aiguillon

 

L’action du programme Nature 2050 portée par la LPO France, s’inscrit dans le projet européen LIFE Baie de l’Aiguillon, dont l’objectif est la restauration des vasières au sein de la Baie située dans le Parc Naturel Régional du Marais-Poitevin. La restauration répond au contexte de mutation de la Baie de l’Aiguillon, qui se transforme peu à peu en raison de l’accumulation de sédiments liée aux activités humaines, aux courants de marée, aux mers de vent, aux tempêtes extrêmes, et aux évolutions morphologiques des côtes proches en particulier la pointe d’Arçay.

Or, cet espace remarquable de 5 000 hectares de vasières et de prés-salés situé à l’aval du Marais poitevin constitue une halte migratoire de grande importance sur le trajet de nombreuses espèces de canards et d’oiseaux limicoles.

La pérennité de son rôle écologique face aux changements climatiques, comme la montée du niveau de la mer, s’en trouve ainsi menacé.

Durant l’après-midi, les participants ont eu l’opportunité de visiter le marais de Brouage et la Réserve naturelle régionale de la Massonne en compagnie d’éleveurs et d’acteurs de la protection du territoire afin de partager avec les acteurs du territoire, la passion de leurs paysages, de leurs métiers et les actions menées pour le restaurer ou le préserver.

Un portage politique conséquent et des porteurs de projets ambitieux

À l’échelle locale, les élus prônent et soutiennent depuis plusieurs années les actions en faveur de la biodiversité. Cette dynamique a été rappelée par Frédérique Tuffnell, Députée de la deuxième circonscription de la Charente-Maritime, et Hervé Blanché, Maire de Rochefort au terme de cette première journée.

Un groupe de travail au cœur des enjeux actuels

La deuxième journée a été consacrée aux réflexions prospectives du GT « biodiversité aquatique et solutions fondées sur la nature ». Les échanges ont été nombreux sur les activités à mener dans les prochains mois, notamment en raison du cadre international. Bien que la crise de la Covid-19 perturbe de nombreux événements (Forum Mondial de l’Eau, Congrès Mondial de la Nature, COP15, etc.), la biodiversité demeure au cœur de grandes rencontres internationales, auxquelles les membres du PFE participeront. Il sera ainsi l’occasion pour chacun de contribuer à la meilleure prise en compte de la biodiversité et de porter au dehors les ambitions et projets développés par les membres du PFE.

De gauche à droite: Les présentations de Charlotte Rhone, Responsable du pöle environnement à la section régionale conchylicole ; Patrice Belz, Directeur de la délégation centre-atlantique du Conservatoire de l’espace littoral et des rivages lacustres, et Virginie Rousselot et Yannick Bon des Gîtes Beaulieu (Gripperie Saint Symphorien). ©Jessica Orban – PFE

Visites de sites : l’exploitation de Frédéric Gorichon, Président de l’association des éleveurs du Marais de Brouage (3 premières photos), et la Réserve Naturelle Régionale de la Massonne, cogérée par la LPO et Nature Environnement 17 (4ème Photo) ©Jessica Orban – PFE

À lire également