Renaturation d’un bassin sur le parc d’affaires d’ICADE à Rungis

13/08/2019

Après deux mois de travaux en juin et juillet, le bassin du bâtiment Strasbourg dans le parc d’affaires de la société ICADE est maintenant renaturé. Le projet a été programmé à la suite du diagnostic écologique et des objectifs RSE fixés dans le cadre du Contrat de performance Biodiversité mis en œuvre à Rungis par CDC Biodiversité.

Le bassin après les travaux : les plantes aquatiques améliorent la qualité de l’eau en l’oxygénant et favorise l’installation d’espèces comme les libellules. © CDC Biodiversité

L’objectif était d’améliorer le cadre de vie des usagers du Parc d’affaires en renforçant l’intérêt écologique des espaces verts, avec l’intention que les effets soient perceptibles et apportent une valeur ajoutée aux occupants et passants de ce lieu.

Le projet prévoit également d’impliquer activement les locataires dans le suivi écologique (via le protocole propage1), et leur permettre de partager des activités encadrées dans ce lieu de vie renouvelé (Contrat de Performance Biodiversité).

 

Un intérêt écologique accru

Afin d’améliorer la qualité écologique du bassin, Caroline Girardière, cheffe de projets CDC Biodiversité a fait planter des hélophytes2 ainsi que des plantes aquatiques, et a également mis en place des structures en gabion et des radeaux végétalisés flottants pour améliorer la qualité de l’eau.

Ces actions visent à favoriser l’installation d’espèces inféodées aux zones humides, notamment les libellules dont la larve vit dans l’eau au niveau des herbiers de plantes aquatiques et rivulaires, puis vient se métamorphoser dans les bordures d’hélophytes. La plantation de plantes aquatiques permet également d’oxygéner l’eau et donc d’améliorer sa qualité.

Avant ces travaux, le plan d’eau était typique des jardins paysagers des années 70, avec des berges cimentées (ciment sur structure en fer) et des jardinières en béton. La couverture en ciment du plan d’eau et de ses berges explique le peu d’intérêt floristique de la végétation de cet habitat : les hélophytes ne peuvent se fixer sur les berges ni les plantes aquatiques au fond. Les berges n’étaient donc pas végétalisées ; la végétation aquatique n’était représentée que par des plantations dans des bacs. Il n’y avait aucune espèce aquatique immergée au rôle oxygénateur de l’eau.

 

Une implication participative des partenaires et des locataires

ICADE et CDC Biodiversité ont souhaité intégrer, dans les indicateurs RSE à partir de 2020, la participation du partenaire espaces verts, Verdiflore, ainsi que celle des locataires. Ils assureront respectivement les protocoles FLORILEGE et Prairie PROPAGE.

Le protocole Florilège Prairie consiste à recenser 60 espèces dans 10 carrés d’1 m² au cœur même de la prairie. Pour ce faire, des outils seront fournis aux gestionnaires : un livret d’accompagnement au protocole, des fiches de terrain complétées d’un guide d’identification des plantes.

Ainsi, les usagers de ces espaces naturels deviennent des acteurs via cette démarche et s’impliquent dans la restauration de la biodiversité sur leur lieu de travail.

1 Le protocole propage consiste à dénombrer et identifier les papillons les plus communs, en se déplaçant dans une parcelle, en partant de son milieu (transect). Seuls les papillons observés dans une boîte imaginaire de 5 mètres de côté autour de l’observateur sont comptés. Le temps de parcours du transect doit être de 10 minutes (1 mètre en 2 secondes), ce qui correspond à une distance de 100 à 300 mètres, en fonction de la richesse du milieu.

2 une plante hélophyte est une espèce hygrophile aimant les substrats gorgés d’eau mais dont les bases des tiges sont le plus souvent non immergées.

Le bassin avant travaux : les berges cimentées et les jardinières en béton empêchent la flore aquatique de se fixer sur les berges et le fonds. © CDC Biodiversité

Le bassin avant travaux : les berges cimentées et les jardinières en béton empêchent la flore aquatique de se fixer sur les berges et le fonds. © CDC Biodiversité

Le bassin après travaux : les aménagements permettent à la biodiversité de se développer © CDC Biodiversité

Le bassin après travaux : les aménagements permettent à la biodiversité de se développer © CDC Biodiversité

À lire également