Baie de l’Aiguillon : Colloque de restitution du LIFE à la Rochelle
Intervention de Suzanne Rihal, Cheffe de projet Nature 2050, durant la table-ronde du Colloque LIFE Baie de l’Aiguillon© CDC Biodiversité

Intervention de Suzanne Rihal, Cheffe de projet Nature 2050, durant la table-ronde du Colloque LIFE Baie de l’Aiguillon© CDC Biodiversité

Le 06 et 07 avril s’est tenu à La Rochelle, le colloque de restitution du projet LIFE Baie de l’Aiguillon « Restauration et préservation des espaces littoraux ». Ce colloque annonce la fin du soutien européen du programme de financement LIFE au projet LIFE Baie de l’Aiguillon. L’évènement est aussi un point d’étape dans le partenariat entre la LPO France, porteuse de projet et le programme Nature 2050 qui se poursuit jusqu’en 2050.

Aux côtés des partenaires scientifiques et institutionnels du projet, Suzanne Rihal, Cheffe de projets Nature 2050 chez CDC Biodiversité, a participé à la table-ronde « La nature, un atout face au changement climatique ». Cette table-ronde était animée par Mathieu Dumery, le mercredi 6 avril.

Aux côtés des partenaires scientifiques et institutionnels du projet, Suzanne Rihal, Cheffe de projets Nature 2050 chez CDC Biodiversité, a participé à la table-ronde « La nature, un atout face au changement climatique ». Cette table-ronde était animée par Mathieu Dumery, le mercredi 6 avril.

Le rôle du Programme Nature 2050 dans le projet LIFE Baie de l’Aiguillon
Nature 2050 fait partie des co-financeurs du LIFE Baie de l’Aiguillon, plus particulièrement sur les actions de restauration des vasières (120 ha restaurés au total). Suzanne Rihal a précisé l’effet levier qu’a alors représenté le programme au moment du lancement du projet, en permettant d’achever le plan de financement. L’intégration du projet à Nature 2050 permet également d’aller au-delà de la phase des travaux qui s’est achevée en 2021 en garantissant la pérennisation et le suivi du projet sur le temps long, jusqu’en 2050.

Le bilan des avancées du projet
Jean-Pierre Guéret et Louise Froud de la Réserve Baie de l’Aiguillon, co-gérée par la LPO, ont fait un bilan des travaux de restauration des vasières dans la Baie, au bénéfice notamment des oiseaux migrateurs.

L’équipe LIFE Baie de l’Aiguillon et les intervenants au Colloque LIFE Baie de l’Aiguillon © CDC Biodiversité

L’équipe LIFE Baie de l’Aiguillon et les intervenants au Colloque LIFE Baie de l’Aiguillon © CDC Biodiversité

Les indicateurs portés sur le long terme vont permettre de suivre l’évolution des vasières et le succès de leur restauration par le suivi de :

  • la non-recolonisation par les huîtres japonaises et de la macrofaune benthique ;
  • le comptage mensuel des oiseaux d’eau ;
  • le suivi topographique à haute résolution ;
  • la mise en place d’une filière de traitement des crassats d’huître
  • le rayonnement du projet sur le territoire.

Les intervenants qui se sont succédé tout au long de cette première journée du Colloque ont présenté les premiers résultats des suivis. Les tests sur la filière de recyclage réalisés en septembre 2020 ouvrent la possibilité d’utiliser les coquilles broyées d’huîtres dans un processus de compostage comme matériaux de remblai ou encore comme sable de décapage coquiller. Quant aux premiers résultats du suivi de la non-recolonisation par les huîtres (août 2021), ils sont également positifs, et témoignent de la présence de moins de débris de coquilles qu’en 2020 (Pointe de l’Aiguillon).

L’importance d’utiliser des solutions fondées sur la nature
Eric Chaumillon, enseignant-chercheur à La Rochelle Université, a ensuite rappelé l’importance de s’appuyer sur les écosystèmes et les solutions fondées sur la nature pour lutter contre le risque de submersion marine. Dans le cas de la Baie de l’Aiguillon, la forte sédimentation (avancée des prés salés de 7,5m/an en moyenne) permet d’atténuer les effets de la montée des océans sur les terres. Ces écosystèmes possèdent en parallèle une forte capacité à stocker le carbone.

L’adaptation des littoraux au changement climatique constitue une des cinq cibles prioritaires du programme Nature 2050, avec une surface de 200 000 m² d’intervention Nature 2050 qui y est consacrée.

Dessin réalisé en direct durant le Colloque LIFE Baie de l’Aiguillon, par Guillaume Bouzard © CDC Biodiversité

Dessin réalisé en direct durant le Colloque LIFE Baie de l’Aiguillon, par Guillaume Bouzard © CDC Biodiversité

Organisé par le Parc Naturel Régional (PNR) du Marais Poitevin, la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO) et l’Office Français de la Biodiversité, ce colloque a été l’occasion de restituer les opérations expérimentales de restauration et de préservation des espaces littoraux conduits dans le cadre du projet LIFE Baie de l’Aiguillon depuis 2016. Organisé au Forum des Pertuis à La Rochelle, l’événement a attiré plus de 150 personnes en présentiel et environ 350 personnes en ligne via une retransmission en direct.