Inauguration de l’éco-friche paysagère Louis Dain à Saint-Ouen-sur-Seine (93)
discours de Karim Bouamrane, maire de Saint-Ouen-sur-Seine ©Fonds Nature 2050

Karim Bouamrane, maire de Saint-Ouen-sur-Seine a inauguré l’éco-friche paysagère Louis Dain, lundi 13 mai 2024, aux côtés de Geoffrey Carvalhinho, conseiller régional à la région Ile-de-France ; Fatoumata Kone, vice-présidente à la biodiversité de la Métropole du Grand Paris et Julie Tourron pour le Fonds Nature 2050.

inauguration de l’éco-friche paysagère Louis Dain à Saint-Ouen-sur-Seine (93)

inauguration de l’éco-friche paysagère Louis Dain à Saint-Ouen-sur-Seine (93)

Un site transformé en un espace de biodiversité

L’ensemble des partenaires du projet (élus, financeurs, bureau d’étude, maitre d’œuvre, associations environnementales locales, etc.) se sont réunis à l’éco-friche paysagère Louis Dain pour couper symboliquement le ruban qui consacre l’inauguration de ce nouvel îlot de fraicheur.

Lauréat de l’édition 2022 de l’appel à projets « Nature 2050 – Métropole du Grand Paris », le projet de restauration de la friche urbaine « Louis Dain » est porté par la commune de Saint-Ouen, avec pour ambition de créer et sanctuariser un espace de biodiversité au cœur du quartier des Puces.

Friche Louis Dain avant travaux, novembre 2022 ©Mairie de Saint-Ouen
Friche Louis Dain pendant travaux, mars 2023 ©Mairie de Saint-Ouen

Avant – pendant – après les travaux

Friche Louis Dain après travaux, mai 2024 ©Fonds Nature 2050

Démarrés fin 2022, les travaux ont permis de transformer en un espace public arboré, ce site laissé à l’abandon depuis les années 2000, inaccessible au public et en cours de fermeture par des espèces végétales invasives.

Une mosaïque d’habitats écologiques a été créée sur les 760 m² pour favoriser l’accueil d’une biodiversité variée, composée d’une butte boisée et fruticée d’Ormaie rudérale (58 arbres, 33 arbustes), une clairière fraîche ouverte en creux et une prairie. La végétation de murs peu dense (lierre), favorable aux oiseaux rupicoles, a été conservée et complétée par la pose de nichoirs et d’abris pour l’avifaune et les chiroptères.

Le site sera fermé au public jusqu’en 2030, pour laisser le temps à la végétation de se développer, mais sera ouvert à l’observation dans une visée éducative. Une palissade perméable à la faune et un observatoire pédagogique de biodiversité ont été installés, complétés par des panneaux de sensibilisation réalisés en partenariat avec les élèves des écoles voisines. Le projet prévoit de nourrir une pédagogie naturaliste qui permettra aux riverains de suivre l’évolution de l’éco-friche jusqu’à sa réouverture.

Dès sa végétalisation, le site participera à la lutte contre les îlots de chaleur urbains à l’échelle du quartier des Puces, très dense et minéralisé. La transformation de la friche est le premier acte visible de l’aménagement de l’îlot Dain et s’inscrit pleinement dans la mise en œuvre du schéma directeur Ville durable – St Ouen 2030 par la commune, qui vise à créer ou valoriser 22 espaces verts sur le territoire à l’horizon 2030.

Panneau de sensibilisation sur la biodiversité, réalisé en partenariat avec les élèves de la commune de Saint-Ouen-sur-Seine (93)

Panneau de sensibilisation sur la biodiversité, réalisé en partenariat avec les élèves de la commune de Saint-Ouen-sur-Seine (93)

Forêt urbaine du parc Bois Charonne © Fonds Nature 2050

Prélèvements de sol par les équipes de Genesis, septembre 2023

Suivi du projet jusqu’en 2050

À travers son intégration au programme Nature 2050, la commune s’engage à pérenniser la vocation écologique du site jusqu’en 2050. L’équipe dédiée de CDC Biodiversité accompagne également la ville de Saint-Ouen dans la définition et la mise en place d’indicateurs (biodiversité, climat, socio-économiques) qui permettent de suivre l’évolution du site dans le temps.

Des prélèvements de sol et de végétation ont été réalisés en septembre 2023, en partenariat avec Genesis. Reconduits tous les 5 ans jusqu’en 2050, ils seront particulièrement utiles pour suivre l’état de santé des sols, pollués par le passé industriel de la friche.

GALERIE PHOTO