Pas japonais en cœur de ville

CRÉATION DE MARES ÉCOLOGIQUES ET DE PASSAGES À PETITE FAUNE POUR RENFORCER LA TRAME VERTE ET BLEUE COMMUNALE

Rueil-Malmaison (92)

Pas japonais en coeur de ville, Création d'une mare au Vallon des Gallicourts, 2021 © CDC Biodiversité
43. Coeur vert des Tartres
Biodiversité Urbaine

Biodiversité en ville

Surface d’intervention
Nature 2050 :

1 800

CONTEXTE

La commune de Rueil-Malmaison est la plus étendue du département des Hauts-de-Seine avec une superficie totale de 1 470 hectares, dont 520 hectares d’espaces naturels et d’espaces verts. La ville possède une politique active en faveur de la biodiversité. Elle est d’ailleurs à l’origine de la mise en place du premier Parc Naturel Urbain (PNU) en France.

Un diagnostic écologique complet a été réalisé en 2017 par Biotope : inventaires des espèces faune/flore, des habitats et cartographie des trames vertes et bleues communales.
Chaque point de blocage fait l’objet de fiches actions afin de l’améliorer ou le résorber. Un plan d’action a été défini par la commune de Rueil-Malmaison en se basant sur celles proposées par Biotope pour les années 2019 et 2020.

objectifs

Le projet vise à reconstituer une trame verte fonctionnelle en renforçant le déplacement des espèces et à restaurer la trame humide par la création de mares.

Pour la biodiversité

  • Préservation de la biodiversité et augmentation des populations d’espèces protégées en créant des habitats favorables aux amphibiens
  • Amélioration de la fonctionnalité de la Trame Verte et Bleue

Pour le climat

  • Préservation de la ressource en eau douce
  • Favoriser la migration et la dispersion des espèces et des foyers de biodiversité

    Pour le territoire

    • Amélioration du cadre de vie urbain et de la biodiversité locale

      Actions et moyens mis en œuvre

      PROGRAMME D’ACTIONS :

      • Création de 2 mares naturelles et plantation d’espèces hélophytes végétales aquatiques indigènes, agissant en pas japonais entre les plans d’eau de la forêt de Malmaison et les berges de Seine
      • Augmenter la perméabilité des murets et clôtures à 2 endroits de la ville
      • Création de 3 passages petite faune dont 1 crapauduc
      • Animations et actions pédagogiques réalisées avec l’Éco-centre de loisirs situé dans le parc naturel des Gallicourts

      CALENDRIER 2017-2050

      2020  Début des travaux
      2021 – 2050 Suivi et gestion

      Avancement du projet

      RÉALISATIONS EN 2021

      • Janvier/février : création d’une deuxième mare ; installation d’un Crapauduc (passage petite faune) route de Versailles en partenariat avec l’ONF.
      • Installation de panneaux de sensibilisation sur le fonctionnement et l’écosystème des mares.

      FAITS MARQUANTS 2021

      • Lancement au premier trimestre d’un Observatoire de la biodiversité qui compte déjà 150 observateurs. Méthode de sciences participatives qui a pour but de réaliser un recensement complet des espèces cohabitant à Rueil afin de mettre en œuvre un programme d’actions adaptés à leur protection.

      SUIVI DES INDICATEURS 2021

      • Des inventaires flore, amphibiens, odonates et orthoptères ont été réalisés par un bureau d’étude.
      • Suivi des papillons de jour PROPAGE et suivi des passages à faune à l’aide de pièges photo.
      • Suivi hydrique des mares.
      • Implication continue des habitants, notamment via l’application mobile « Vivre Rueil » et l’observatoire de la biodiversité.

      porteur de projet

      partenaires

      le paysan urbain
      • Conseil départemental des Hauts de Seine
      • Métropole du Grand Paris

      VIDÉO

      GALERIE PHOTO

      Pour aller plus loin

      Dernière actualité

      Aucun résultat ne correspond à votre recherche